Zoulikha Bouabdellah

Zoulikha Bouabdellah (Moscow, 1977), de parents algériens envoyés en URSS pour leurs études, Zoulikha Bouabdellah séjourne quelques semaines dans la capitale soviétique, avant de rejoindre Alger au coeur de l'été. Dans la ville blanche, elle passe l'essentiel de son enfance dans un lieu singulier et mythique : le musée des beaux-arts, qui surplombe la baie et le Jardin d'essai. Dirigée par sa mère, l'institution abrite une collection de peintures et sculptures qui va marquer durablement la jeune fille. Formé à l'Institut national de la cinématographie (VGIK), son père travaille comme documentariste pour la télévision algérienne. Elle grandit au contact d'artistes et d'intellectuels, dans un environnement marqué par une forte sensibilité politique et un bouillonnement culturel intense. Menacée par les islamistes du FIS, la famille est contrainte à l'exil en 1993, direction la région parisienne. Diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure d'Arts de Cergy-Pontoise en 2002, Zoulikha Bouabdellah réalise l'année suivante la vidéo Dansons, dans laquelle elle confond les archétypes des cultures française et algérienne en exécutant une danse du ventre sur l'air de La Marseillaise. Sous la forme de photographies, installations, vidéos ou dessins, ses oeuvres interrogent les représentations en les confrontant aux dynamiques sociales et géopolitiques et aux problématiques liées au métissage et aux conflits, à la sexualité, à la place des femmes et du commun. Récompensées par de nombreuses distinctions, dont le prix Abraaj Capital Art Prize (2009), le Prix Meurice pour l'Art Contemporain (2008) et la Villa Médicis Hors les Murs 2005), ses oeuvres sont présentes dans plusieurs collections : Ullens Center for Contemporary Art (Pékin), Centre Georges Pompidou (Paris), Museum of Contemporary Art (León), Mathaf Arab Museum of Modern Art (Doha), Museum Moderner Kunst Stiftung Ludwig (Vienne), Sindika Dokolo Foundation (Luanda), etc. Bourse ADAGP & Bétonsalon 2022 Zoulikha Bouabdellah